• La complainte confidentielle

     

    Les jambes se rapprochent de l’arrière. Aux milieu des vieux livres, un Inconnu familier. Nez de Paul, d’Algérie, regard humide, doux, teint mâte, chaleureux, costume élégant, attendrissant. Comme l’incarnation d’une essentielle figure lancinante et fuyante, récurrente, allégorique et rassurante. Son être se fait révélation, apaisement. Les pieds roulent, les yeux sont harponnés. Le corps, pris dans un mouvement automatique, n’est pas arrêté. Stupéfaction, tueuse d’adaptation.

     

    Porte déployée, Porte ouverte, porte mi-close, porte entrebâillée, fermée.

     

    Veste jetée sur une épaule, sac agrippé, casier claqué (gémissement gêné). Les doigts se ruent à nouveau sur la poignée.

     

    Tout se tend. Les muscles dans le corps, le corps vers le carré de moquette élimée abandonné par ses étincelantes chaussures vernies.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :